DSCN5571 Voilà, pour la première fois en 13 ans que j’habite Lausanne, j’ai participé à l’une des courses organisées lors du traditionnel marathon qui a lieu le dernier dimanche d’octobre et qui est couru dans la région (il serait plus juste de parler de LausanneVevey), en l’occurrence à l’épreuve reine, le marathon. Je dois dire que ma participation a été en quelque sorte une leçon d’humilité. Non pas que je cours vite (je suis dans la moyenne en général), mais parce que ma performance a été bien moins bonne que lors de ma participation au marathon de Genève et bien moins bonne que je pensais pouvoir réaliser vu mon temps de 1:50 effectué aux 20 kilomètres de Lausanne en avril de cette année. Comme quoi, le marathon est une course qui ne permet pas aux dilettantes de s’en tirer avec un temps honorable : c’est une course qui demande une préparation soutenue ainsi que de ne pas commettre des erreurs d’appréciation quant à ses aptitudes réelles en tant que coureur … Cela a été plutôt un mauvais moment à passer … mais on y survit. En revanche, je dois dire que j’ai beaucoup apprécié l’ambiance (les nombreux musiciens et les musiciennes, les encouragements souvent chaleureux et parfois très appuyés de la part des spectateurs et des spectatrices), l’absence de voitures sur le trajet (pour quand les prochains dimanches sans voitures ?), les tables de ravitaillement bien garnies, le sens de la camaraderie de certains participants (surtout des Français et en particulier d’un coureur de Strasbourg qui prenait part à son 108ème marathon aujourd’hui). Tout compte fait, et ce malgré ma bien piètre performance (4:57), je crois que je garderai donc un bon souvenir de cette course.

Pour reprendre le « ce qu’il ne fallait pas faire » annoncé dans le titre de cette page, voici les principales erreurs que j’ai faites (avant et durant le marathon) :

Mon parcours à l'échelle du Lac Léman_20 octobre 2013_b

1) « Se préparer trop peu/trop tard » : le marathon est un monstre qui représente plus de 40,000 pas à faire ! Pour l’apprivoiser, il faut travailler dur ; autrement, l’on risque une grosse déconvenue.  Les 35 km que j’ai faits le dimanche 20 octobre de Lausanne à Villeneuve pour me rassurer quant à ma capacité à courir le marathon malgré mon entraînement incomplet m’ont très certainement trop fatigué. Un monsieur de Strasbourg qui en était à son 108ème marathon aujourd’hui m’a presque réprimandé pour mon erreur – en tout cas merci à vous pour vos conseils avisés et vos encouragements qui m’ont servi pour cette course même.

Lausanne marathon 2013_avoir l'appétit plus gros que son souffle-ses enjambées

2) « Avoir l’appétit plus gros que son souffle/sa foulée » :  j’aurais dû m’en tenir à suivre la meneuse d’allure pour un marathon en 4 heures. Et non, j’ai cru pouvoir faire mieux malgré mon manque de préparation, même si jusqu’au lieu où j’ai pris la photo de droite je devais très certainement être dans les temps pour une course en 3h45 ; par contre, ce fut ensuite la dégringolade question énergie et vitesse.

SAM_1247[Crédit : photo prise par mon épouse]

3) « S’encombrer du superflu (y compris de kilos corporels en trop) » :  dire que j’ai couru avec cette banane (contenant mon appareil photo et mon téléphone portable) en plus d’un poids corporel de près de trois kilos de plus que je pesais lors des 20 kilomètres de Lausanne en avril …

DSCN5578

4) « Un échauffement quasi absent  » : à l’image du manque de sérieux de ma préparation (même si je ne m’étais pas échauffé pour le marathon de Genève non plus) …

SAM_1253[Crédit : photo prise par mon épouse]

5) « En cas de pépin, il faut essayer de le résoudre au plus vite ; c’est une erreur de croire que ce faisant on risquerait de perdre trop de temps » : j’ai attendu environ jusqu’au 25ème kilomètre pour demander un pansement pour recouvrir mes mamelons, en piteux état en raison du frottement causé par le tissu plaqué contre ma peau par la pluie.

Bon, passons maintenant au plat de consistance : quelques photos du marathon de Lausanne 2013 (mais en préambule un avertissement : j’étais tellement écoeuré de ma performance que je n’ai pas pris de photos en traversant la ville de Vevey ; je le regrette sincèrement car nous y avons eu droit à un accueil très chaleureux) :

DSCN5584

Pully, juste après Lausanne : tous les espoirs étaient encore permis, malgré la pluie battante.

DSCN5585

L’entrée dans la magnifique région du Lavaux (un site répertorié par l’UNESCO, rien que cela), entre Lutry et Villette.

DSCN5586

Juste après le village d’Epesses : ce n’était que le début d’une série de virages le long de la route cantonale qui épouse les contours du relief naturel.

DSCN5587

Avant d’arriver à Treytorrens et les vignobles du Dézaley : gare aux faux plats !

DSCN5589

L’un des nombreux groupes (ici à la cave Testuz, à Puidoux) qui nous firent chaud au coeur, un grand merci à vous. PS désolé pour la buée sur cette photo !

DSCN5590

Toujours dans la région des vignobles du Dézaley (Lavaux) : à ce moment, je courrais en plus ou moins en 3h45. Ce n’est qu’au village de Saint-Saphorin que je me suis fait rattraper par le groupe de 4h et ce n’est seulement à l’entrée de Vevey que j’ai commencé à acculer un retard de 3 minutes sur ce groupe, lequel a été en s’amplifiant par la suite.

Les trois premiers dans le désordre_marathon de Lausanne 2013[Veuillez cliquer sur le panorama pour l’agrandir]

Les trois premiers dans le désordre (par rapport au résultat final) : le Polonais Maciek Miereczko (1er), le Kényan Toroitich Geoffrey Kiplagat (3ème), le Suisse Patrick Jeanneret (2ème).

DSCN5594

Avant d’arriver à Vevey, j’avais déjà croisé deux des trois premiers qui eux étaient sur le chemin du retour … c’était presque un peu décourageant.

DSCN5595

Pour essayer de me rassurer, je jettai un coup d’oeil en arrière : le groupe des 4h15 n’était même pas visible … ouf !

DSCN5597

Au contrôle juste avant le lieu-dit la Becque (Tour-de-Peilz), je franchis la ligne en 2:02. Tout était encore possible.

DSCN5598

L’un de mes villages préférés dans la magnifique région du Lavaux : Saint-Saphorin. J’en ai profité pour demander aux Samaritains des pansements pour recouvrir mes mamelons bien irrités par le frottement du tissu.

DSCN5599

Entre Saint-Saphorin et Rivaz : il restait entre 13 à 14 kilomètres (je ne me souviens plus combien exactement) : des personnes que j’avais dépassées il y a bien longtemps me laissaient derrière elles à leur tour …

DSCN5600

Juste avant le vinorama de Rivaz : j’avais beaucoup de peine et il restait près du tiers à parcourir ! Par contre, cela me fit plaisir de voir que de nombreuses familles avaient profité du marathon et de l’absence de trafic pour se promener. Pour moi, le fait de pouvoir courir sans avoir à respirer les gaz d’échappement des voitures fut l’un des temps forts de cette course par rapport à mes autres sorties dans la région (Is it possible to run a marathon with minimal training?, I did it again! et From Lausanne to Villeneuve … running).

DSCN5601

Le bas du village d’Epesses avec le village de Cully au loin (visible à gauche) : je savais qu’il me restait encore de nombreux kilomètres à parcourir, c’était démoralisant.

DSCN5602

Heureusement que les vignes semblaient être parées de leurs plus belles couleurs.

DSCN5603

La dernière photo que j’ai prise car on y voyait la grue visible depuis chez moi 😉 Ensuite, vu que j’avais de la peine à courir (et qu’en fait j’ai fini par marcher sur pas mal de mètres), j’étais moralement épuisé et je n’avais aucune envie de prendre des photos !

DSCN5577[Veuillez cliquer pour agrandir cette photo]

2h10 … le record du marathon de Lausanne, détenu depuis 2003 … cela fait rêver – par contre, il n’y a vraiment pas de risque que mon nom figure dans cette liste un jour 😉

Dernier mot : un grand merci à tous ceux (et à toutes celles) qui ont oeuvré pour faire de ce marathon une belle réussite malgré la pluie. Surtout un grand merci à tous/toutes les bénévoles et à toutes les personnes qui ont encouragé les coureurs et les coureuses – je vous assure que cela m’a motivé plus d’une fois à me remettre à courir !

Liens

Un choix d’autres pages consacrées à la course à pied sur ce blog:

 

Advertisements