Tags

Ancien logo (1987-1988) Sierre-Zinal_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013 Voilà, j’ai enfin participé à Sierre-Zinal, une course qui relie la petite ville de Sierre (altitude 533m) au village de montagne de Zinal (altitude 1,675m) sur une distance de 31km avec un dénivelé positif de près de 2,200m et négatif de 800m. Curieusement, cette course presque mythique en terres romandes ne m’avait jamais interpellé … probablement en raison d’un amour de jeunesse qui avait été un peu mal digéré (le fondateur est un membre de la famille de ma toute première dulcinée), lequel avait fait que probablement au plus profond de mon for intérieur je n’avais pas envie de retourner dans le Val d’Anniviers (où j’avais néanmoins passé de très belles vacances avec cette ancienne petite amie, à Saint-Luc, il y a plus de 20 ans).

Néanmoins, lorsque je me suis inscrit pour les 20km de Lausanne, vu qu’il est moins cher de faire des inscriptions regroupées, je décidai de m’inscrire à plusieurs courses, dont à Sierre-Zinal, principalement pour être de la fête pour cette quarantième édition et aussi pour revoir l’organisateur/fondateur, M. Jean-Claude Pont (lequel avait aussi été le juré à mon examen oral de maturité de mathématique au Collège Rousseau à Genève).

Je ne vous cacherai pas que cette course a été beaucoup plus dure que je m’y attendais. Il est vrai que je ne m’étais pas suffisamment préparé, notamment en ce qui concerne la pratique de montées plutôt très raides telle que les belles grimpettes depuis le départ jusqu’à Beauregard (1,146m) et ensuite jusqu’à la Ponchette (1,870m).

DSCN4222_Saint-Saphorin_Lac Léman_11 août 2013Départ relativement tôt de Lausanne, à 6h46, car je ne voulais pas arriver en retard, contrairement à la Course de l’Escalade et au demi-marathon d’Aletsch. Si la météo est de la partie, c’est un plaisir pour les yeux cette vue dégagée sur le Lac Léman depuis les fenêtres du train tôt le matin (même si la vitre de ma banquette était un peu sale).

Avant le départ_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013Arrivé à l’emplacement de départ une bonne heure avant le coup de sifflet, j’eus l’occasion de terminer le livre que j’avais pris avec moi et que je porterais dans mon sac à dos durant toute la course (Des fraises en hiver et autres besoins inutiles de notre alimentation de Claude-Marie Vadrot) ainsi que de m’échauffer un peu. Il est dommage que je sois d’un naturel timide car j’aurais pu prendre de belles photos de certains coureurs renommés – tel que le quadruple vainqueur de la course, le Mexicain Ricardo Meija (que l’on voit s’échauffer sur la photo de droite – il finira premier de sa catégorie).

Avant le départ élite_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013

Estimant qu’il aurait été dommage de laisser passer cette occasion, je m’approchai de la ligne de départ pour les coureurs et les coureuses élite et je pris quelques photos. Sur ce montage de quatre photos, les amateurs de course de montagne reconnaîtront [n’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir] peut-être les Américaines Stevie Kremer (2ème) et Megan Lund-Lizotte (6ème), la Française Aline Camboulive, l’Espagnol Kilian Jornet (4ème), parmi d’autres.

Mon propre départ _Sierre-Zinal 2013_11 août 2013Ma petite séance en tant que paparazzo avant le départ eut pour effet que je me retrouvai tout à la queue de l’ensemble des coureurs au départ … avec l’inconvénient majeur de devoir ensuite patienter aux nombreux goulets d’étranglement lors de la montée jusqu’à la Ponchette. En revanche, je suppose que j’ai ainsi gêné peu de coureurs plus rapides que moi …

DSCN4243Le premier quasi-bouchon, dans la première montée après avoir quitté la route …

Premier aperçu de Sierre après avoir entamé la montée_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013[N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir !]

… ainsi que la première vue dégagée sur Sierre et les alentours quelques minutes après.

Montée en direction de Saint-Antoine_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013La montée en direction de Saint-Antoine : il eût été vraiment très, très difficile de la faire d’une traite – même sans les bouchons – tellement que cela grimpait ! Evidemment que je parlais pour moi car je suppose que les premiers l’on faite en courant.

DSCN4251

La chapelle Saint-Antoine enfin en vue … Au fait, j’ai eu beaucoup de mal à suivre ce monsieur … né en 1952 !

DSCN4252Encore et toujours cette montée interminable (en direction de Beauregard et du premier ravitaillement).

DSCN4254

Chapeau : j’ai appris lors de la conversation que ce monsieur avait eue avec le monsieur né en 1952 (deux photos avant) que le monsieur sur cette photo juste au-dessus était né … en 1943 ! Et je dois avouer que ce n’est qu’ici que je l’ai dépassé.

DSCN4255Deux messieurs (qui semblaient aussi être des septuagénaires) nous encouragèrent en jouant de l’accordéon et en faisant retentir le son des cloches des alpages quelque part dans la forêt du Plan Palet. Merci à vous, messieurs, pour votre encouragement original et très sympathétique. Cela me fit chaud au coeur.

DSCN4256Traversée de la forêt du Couquelle.

Première vue dégagée sur les cinq 4,000_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013Première vue dégagée sur les « Cinq 4,000 » … je puis vous assurer que je ne fus pas le seul à m’arrêter pour prendre une photo.

A la sortie de la forêt du Couquelle peu avant la Ponchette_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013[N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir !]

A la sortie de la forêt du Couquelle peu avant la Ponchette, ce fut enfin un terrain plus dégagé ainsi qu’une vue plus dégagée !

DSCN4262Après le ravitaillement de la Ponchette (1,870m), un panneau … presque décourageant : nous n’étions vraiment pas au bout de nos peines.

Chemin mènant à Chandolin_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013

Le chemin mènant à Chandolin que j’avais pris plus de 20 ans auparavant lorsque j’avais passé des vacances à Saint-Luc avec Danièle.

DSCN4267Notre première descente de la course … vers Chandolin (un village situé à près de 2,000m d’altitude).

DSCN4268On aurait dit que le village tout entier nous attendait pour nous ravitailler ! Vu qu’à part la barre Isostar (qui nous avait été remise dans le sac aux couleurs de la même firme lors du retrait du dossard la veille à Sierre) je n’avais rien mangé de la matinée (hormis un quartier d’orange et un bout de banane au tout premier ravaitaillement, à Beauregard), j’en profitai pour manger un bout de pain, à nouveau un quartier d’orange ainsi qu’un peu de chocolat (en plus de me désaltérer, bien évidemment).

En laissant derrière nous le village de Chandolin_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013[N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir !]

En laissant derrière moi le village de Chandolin, je ressentis un léger pincement au coeur mais je me ressaisis rapidement et poursuivis mon chemin sans plus penser au passé.

DSCN4272Un peu avant le 18ème kilomètre, je ressentis cette fois-ci une douleur au mollet droit. Donc ce n’était pas mon imagination qui m’avait joué un tour la veille de la course : ma dernière sortie avait probablement réveillé ce problème qui était apparu lors de mon accélération sur le dernier kilomètre des 20km de Lausanne il y a plus de deux ans. J’avais pris du magnésium avec moi et j’en avalai rapidement, espérant que cela aurait au moins un effet placebo. Je craignais vraiment une crampe à mon mollet droit alors qu’il me restait plus de 10 kilomètres à parcourir. Et dire que les premiers, chez les messieurs, avaient très certainement déjà fini la course.

DSCN4273A nouveau une belle vue dégagée sur les « Cinq 4,000 » sur le chemin en direction de Tignousa (2,186m), où je marchai plus que je ne courus …

Vue sur le Toûno, l'hôtel Weisshorn et les Pointes de Nava depuis Tignousa_11 août 2013Avant d’arriver au ravitaillement de Tignousa, ce fut à nouveau une vue sublime : sur le Toûno, sur la montagne où est situé l’hôtel Weisshorn, sur les Pointes de Nava (2,667m à 2,778m) ainsi que sur d’autres montagnes (à partir du milieu) sous lesquelles nous ne passerions point. Au ravitaillement, vu que les stands de massage étaient déjà pris, je décidai de ne pas attendre et de continuer en direction de l’hôtel Weisshorn, à peine visible au loin.

DSCN4281Ce fut ensuite le début de ce bout du parcours conduisant les coureurs sous les montagnes à droite, les Pointes de Nava, d’une longueur qui me parut interminable.

Au pied de la montagne de Toûno avec les Pointes de Nava à peine visibles sur la droite_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013[N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir !]

Malgré la beauté du paysage, la fatigue et la chaleur commençaient à avoir un effect négatif sur ma progression : je n’arrivais à courir qu’au prix de beaucoup de peine malgré le plat relatif de ce tronçon du trajet !

DSCN4288Mais sur ce faux-plat mènant à l’hôtel Weisshorn, presqu’au pied des Pointes de Nava, je ne me doutais pas que le plus dur serait à venir pour moi.

DSCN4291[N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir !]

Sur cette montée interminable où des coureurs et des coureuses que j’avais dépassé(e)s près de deux heures auparavant me larguèrent littéralement … j’eus même du mal à rester devant des randonneurs ! Je ne vous explique pas le découragement. Que se passait-il ? Pourquoi cette absence de vitalité ?

L'hôtel Weisshorn enfin visible_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013

Puis l’hôtel Weisshorn apparut enfin … et avec lui la possibilité de me désaltérer à nouveau (les ravitaillements avaient été placés tous les 5km sur le parcours, sauf au 30ème bien entendu).

Le virage conduisant sur le chemin en direction des Pointes de Nava_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013[N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir !]

Un peu après, le virage conduisant sur le chemin en direction des Pointes de Nava (droite) avec, en plein milieu de ce panorama à presque 360 degrés, le Toûno (3,018m) et la Pointe de Tourtemagne (3,080m).

DSCN4302Et le long chemin en direction de Nava, heureusement que légèrement vallonné.

DSCN4303Les « Cinq 4,000 » visibles à nouveau : quel spectacle pour les yeux.

Sous les dernières Pointes de Nava_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013Presque sous les dernières Pointes de Nava avec toujours ce magnifique paysage devant soi.

DSCN4309Mais un chemin en zig-zag qui lui aussi me semblait interminable … « Vais-je arriver à dépasser ce coureur ?», me demandai-je. Ce fut presqu’un duel entre nous deux.

Crête de Barneuza__Sierre-Zinal 2013_11 août 2013Finalement la Crête de Barneuza au loin mais, encore plus agréable, je m’aperçus que le chemin commencerait à descendre pour contourner cette crête.

Pierriers en direction de l'alpage de Barneuza_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013Par contre, il y eut à plusieurs reprises des pierriers à traverser : je le fis avec prudence car je voulais terminer la course.

DSCN4316Et enfin le village de Zinal, dans la vallée du même nom, visible au loin, plus bas.

DSCN4318Finalement, le dernier poste de ravitaillement à l’alpage de Barneuza avec les bénévoles vêtus en habits traditionnels … et même des cors des alpes ! De quoi nous donner courage pour les derniers kilomètres. Merci à vous pour cet accueil original.

DSCN4320[N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir !]

Car il restait encore presque trois kilomètres à parcourir …

DSCN4321Juste le temps de jeter un coup d’oeil à ce charmant hameau (le mieux organisé question gestion des déchêts laissés par certains coureurs car, pour ma part, je me fis un point d’honneur de ne rien jeter par terre mais uniquement dans les sacs prévus à cet effet ou dans mon propre sac à dos). En traversant la forêt, j’eus à nouveau une douleur au mollet.

Descente sur Zinal_Sierre-Zinal 2013_11 août 2013Un sursaut d’énergie me permit même de rattraper, dans la forêt et aussi dans les dernières descentes avant le village de Zinal, des coureurs qui m’avaient dépassé, certains peu après l’hôtel Weisshorn.

DSCN4326Mais quel temps lamentable, quelle performance décevante! Par contre, bravo à Lise-Louise qui, bien que plus âgée que moi, m’a battu de 27 secondes au temps chrono au terme d’un joli sprint.

Surtout un grand merci à tous les bénévoles et membres de l’organisation pour cette magnifique course. Je comprends maintenant pourquoi elle est aussi réputée. Voici les vainqueurs :

Maude Mathys No.3 (Switzerland), Stevie Kremer No.2 (USA) Elisa Desco No.1 (Italy)_Sierre-Zinal 2013.Chez les femmes (de gauche à droite) : Maude Mathys No.3 (Suisse), Stevie Kremer No.2 (Etats-Unis), Elisa Desco No.1 (Italie), cette dernière en 2h58’41”.

DSCN4345Chez les hommes (de gauche à droite) : Jonathan Wyatt No.3 (Nouvelle Zélande), Juan Carlos Cardona (Colombie), Marc Lauenstein No.1 (Suisse), ce dernier en 2h32’14”. Pas de seconde médaille pour Monsieur Wyatt car il avait déjà été appelé sur le podium pour avoir remporté la course dans la catégorie dans laquelle j’avais couru. Donc la course de montagne est bien loin derrière les 100m, 10,000m ou le marathon du point de vue primes – en dépit du nom du sponsor principal très présent durant cette course ! Mais peut-être qu’il en est mieux ainsi, la course de montagne gardant de sa fraîcheur, de son naturel, de sa capacité à surprendre avec des coureurs peu connus terminant sur le podium, tel que le vainqueur chez les messieurs, Marc Lauenstein (dentiste de profession).

Liens

Autres courses auxquelles j’ai participé cette année

Divers

Advertisements