Tags

Courir sur la neige : il est difficile d’exprimer le plaisir que me procure la sensation de mes pieds foulant une couche de neige suffisamment épaisse pour atténuer (voir me donner l’impression de complètement masquer) le choc de mes pieds contre le bitume, le gazon ou tout autre revêtement naturel ou semi-naturel dessous. Malheureusement, en raison de l’altitude de l’endroit où nous habitons (environs 700 mètres) et du lieu où je travaille (environ 400 mètres), c’est un plaisir qu’il m’est permis de goûter qu’avec parcimonie chaque année.

Après un début d’année très, très décevant (voir par exemple les photos que j’ai prises à la mi-janvier et publiées ici), je comptais bien profiter de la neige tombée en abondance la semaine passée pour rehausser le nombre bien réduit de mes courses sur neige effectuées en 2012 ! Ainsi, jeudi passé (le jeudi étant le jour où je travaille depuis la maison, la firme qui m’emploie m’ayant généreusement offert cet possibilité depuis environ deux mois, en raison de la contribution que j’ai apportée au processus d’assainissement de celle-ci), j’ai profité de ma pause à midi pour faire une sortie longue de Lausanne-Vennes jusqu’au Chalet à Gobet. Rien de tel qu’une bonne course à pied dans le froid lorsqu’on a besoin de se «réchauffer» le moral.

Avenue de Valmont, juste après le COFOB et juste avant de passer devant le terrain de football de Valmont (à droite), avec en arrière-plan le chantier B4 du parc Biopôle (un complexe qui offrira à terme 80,000 mètres carrés pour des activités ayant trait aux sciences de la vie) au lieu-dit Corniche, lequel marque en quelque sorte la frontière entre Lausanne-Vennes et Epalinges.

Le long de l'Arzilier_Epalinges_6 décembre 2012

Après avoir traversé le carrefour de Croisettes, je prends le sentier de l’Arzilier, qui traverse une forêt et longe une rivière : l’Arzilier. La dernière partie du chemin (qui n’est pas visible sur ce panorama) est plutôt raide. C’est la raison pour laquelle j’évite de faire cette course le soir lorsqu’il y a de la neige, de peur de glisser sur une plaque de glace.

Chemin de Montéclard_Epalinges_6 décembre 2012

Après avoir gravi la plus grosse partie de la colline du lieu-dit En Guebey, on débouche sur le chemin de Montéclard, bien enneigé en ce jeudi 6 décembre.

Lieu-dit Montéclard_Epalinges_6 décembre 2012

Quelques mètres après, le lieu-dit Montéclard, le seul espace dégagé qui reste en contrebas de la route de Berne, sur lequel je vois souvent des vaches paître, un petit air de campagne donc dans une zone qui a été totalement grignotée par la ville en la forme de résidences cosues pour pendulaires fortunés. Malheureusement le Fonds de prévoyance du Crédit Agricole (Suisse), propriétaire du terrain, aimerait y faire construire «une quinzaine d’immeubles de PPE et de locatifs résidentiels ainsi qu’un bâtiment réservé au tertiaire» (Le Régional, 31 août 2010). J’espère seulement qu’un Franz Weber local se sera érigé contre ce projet et aura ainsi préservé cet espace naturel pour les générations futures. Que diable, arrêtons de recouvrir tout lopin de terre de bâtiments à deux ou trois étages et construisons plutôt un peu plus en hauteur là où il est possible de le faire !

Terrain angle chemin de la Pierraz_chemin du Polny_Epalinges_6 décembre 2012

Environ 5 minutes après, un autre terrain qui je l’espère demeurera le plus longtemps réservé aux vaches, entre les chemins de la Pierraz et du Polny, lequel grimpe vraiment raide depuis ce point avec une déclivité de 18%! Sur cette photo, cette étendue donne vraiment l’impression d’être recouverte d’un épais manteau d’ouate.

Lieu-dit La Possession_Epalinges_6 décembre 2012

Encore une prise de vue fallacieuse dans le sens que cette nouvelle étendue bien dégagée (sise entre les chemins de Ballègue et du Praz-Buchilly à une dizaine de minutes de la précédente) pourrait laisser croire que le chemin que je suis lorsque je cours de Lausanne-Vennes jusqu’au Bois-Clos (au Chalet à Gobet) traverse principalement des terrains agricoles. Ce n’est malheureusement pas le cas : la quasi-totalité du parcours est bordée de résidences privées. Evidemment, ce ne sont pas des tours de 30 mètres de haut que je vois durant ma course mais ce n’est pas non plus une nature agreste proprice à induire une rêverie d’ordre bucolique. En ce qui concerne la parcelle reproduite ci-dessus, connue sous le nom de La Possession, il est très probable qu’elle ait déjà fait saliver plus d’un promoteur immobilier.

Chemin du Praz d'Eau, Chalet à Gobet, 6 décembre 2012

Environ 10 minutes après avoir continué à remonter le chemin de Praz-Buchilly, puis la route du Golf et ensuite le chemin des Corbessières jusqu’à son intersection avec le chemin du Praz d’Eau, je me trouve enfin à l’orée du Bois-Clos (Chalet à Gobet). J’aime beaucoup cet endroit car la maison en arrière-plan me plaît énormément – cela doit être son air anglais.

Orée Bois-Clos, Mauvernay, 6 Décembre 2012

Dix minutes de plus et je me trouve à  Mauvernay, à l’orée du Bois-Clos, en présence d’un parcours vita entièrement recouvert sous la neige.

Plaine de Mauvernay_Chalet à Gobet_6 décembre 2012

La lisière du Bois-Clos et la plaine de Mauvernay avec la forêt du Jorat en arrière-plan : quel régal pour mes yeux et mes pieds.

Chemin du Bois-Clos, Chalet à Gobet, 6 décembre 2012

Un peu plus loin sur le chemin du Bois-Clos, après avoir pris le  virage à gauche, moins de promeneurs s’étant aventurés ici, j’aurais presque pu m’écrier «à moi la poudreuse!» Quelle sensation agréable de sentir ses pieds s’enfoncer dans cette matière malléable, froide mais d’un aspect visuel si plaisant lorsqu’elle est encore fraîche.

Bois-Clos, Mauvernay Chalet à Gobet, 6 décembre 2012

L’un des plaisirs à parcourir Bois-Clos : le tracé se faufile sur plusieurs centaines de mètres entre de nombreux arbres magnifiques (ici des mélèzes) agencés en véritable allées.

Courir dans la neige_Mauvernay_6 déc 2012

Quelques photos prises à bout de bras pour essayer de montrer la profondeur à laquelle je m’enfonçais dans la neige.

«Hors piste», Bois-Clos, 6 décembre

Le plaisir de sortir des sentiers battus : une neige encore plus poudreuse et donc le plaisir de s’enfoncer encore plus profondément dans cette matière.

Tronc d'arbre fendu_Bois-Clos_6 février 2012

Un arbre fendu lors de la bise très violente qui avait soufflé durant la nuit du samedi à dimanche 27 et 28 octobre, arborant maintenant une belle parure blanche.

Après environ 4.5km parcourus dans la neige poudreuse, il était temps de prendre le chemin du retour : en l’occurence, chemin du Praz-Buchilly, lequel forme ici une pente pas trop raide descendant vers Epalinges tout en longeant le terrain de golf de Lausanne.

Epalinges_6 décembre 2012

Une fois le terrain de golf passé, on arrive à la commune d’Epalinges. Et la pente devient encore plus raide…

Vennes_COFOB_M2 garage-atelier_6 déc 2012

Une fois arrivé à la Corniche, la vue du terrain de football de Valmont, des bâtiments du complexe scolaire COFOB ainsi que du garage-atelier du métro M2 à Vennes, le tout paré d’un blanc éclatant, offrait un constraste magnifique avec le bleu du lac et du ciel, le soleil s’étant mis de la partie.  Je n’étais plus très loin de mon domicile.

Une magnifique course qui me plut tellement … qu’elle sera suivie d’un bis deux jours après !

Autres pages consacrées à la course à pied sur ce blog:

Advertisements