Mardi il y a une semaine, pour célébrer l’arrivée de l’automne, je me suis décidé à me rendre de mon domicile (plus ou moins sur les hauts de Lausanne) à la petite bourgade de Romainmôtier, sise au pied du Jura. J’avais déjà visité il y a un peu plus de sept ans cette bourgade et sa fameuse abbatiale, l’une des plus anciennes de Suisse. J’avais été enchanté par ce lieu et par le sentiment de sérénité que j’avais éprouvé à l’intérieur de l’abbatiale, de sorte que j’avais conservé de cette visite une forte envie d’y retourner. M’étant remis au vélo il y a deux semaines, je m’étais dit que de retourner à Romainmôtier à bicyclette serait l’occasion d’effectuer une jolie balade à travers la campagne vaudoise.

Désireux d’éviter le plus possible d’avoir à croiser trop de voitures, j’optai pour un trajet moins direct mais plus sympathique, qui me conduirait à travers les hauts de Lausanne jusqu’au pied du Jura (du côté helvétique donc), principalement sur des routes de campagne. Pour mon itinéraire, je fis recours aux indications fournies par un fameux moteur de recherche californien. Armé de trois pages imprimées d’indications routières (mais pas d’une carte ou d’un tracé approximatif du parcours), je partis de chez moi peu avant midi.

DSCN6921_chemin de la Viane_Le Mont-sur-Lausanne_23 sept 2014[route de la Viane, Le Mont-sur-Lausanne, cliquer pour agrandir]

Après plusieurs hésitations et même quelques marches arrière (car cet itinéraire basé sur les indications de ce moteur de recherche californien n’était pas toujours fiable), je me trouvai enfin dans la campagne vaudoise : quel délice de voir défiler ce paysage rural ainsi que plusieurs fermes bâties il y a plus de cent ans en une belle après-midi, non pas d’été mais d’automne.

DSCN6927[route du Crochet, cliquer pour agrandir]

Cette balade à travers la partie septentrionale de la campagne vaudoise me permit de traverser des villages et des petites villes dont les noms m’étaient parfois familiers (Romanel-sur-Lausanne, Cheseaux-sur-Lausanne, Cossonay, etc), mais que je n’avais jamais visités auparavant, ainsi que moult villages dont j’ignorais jusqu’à l’existence avant d’avoir enfourché mon vélo en ce premier jour d’automne … Peu après avoir traversé Boussens, je me trouvai sur une petite route campagnarde bien sympathique, car fréquentée par bien peu de voitures, nommée route du Crochet, qui me procura (lorsque j’eus atteint la partie la plus élevée de cette route) la fausse impression d’être bientôt arrivé. Erreur de jugement car ce clocher visible au loin sur l’horizon n’était pas celui de l’abbatiale de Romainmôtier (située, non pas sur une colline, mais au creux d’un vallon – je le savais pourtant) mais vraisemblablement celui de l’église Cossonay-Ville.

DSCN7008

A l’entrée de Daillens, je pris la route de Cossonay-Gare sur quelques dizaines de mètres, puis le chemin du Petit Penthalaz. Pas loin du cimetière, j’aperçus des noix sur le bord du chemin. Mon épouse m’ayant sensibilisé à la valeur de la nourriture « bio » par son intérêt très prononcé pour la cueillette (baies, noix, noisettes, herbes comestibles, etc) ainsi que pour la culture de tomates, pommes de terre et autres légumes sur notre balcon, je me remémorai les vers du poète anglais Milton « une telle abondance s’offre à notre choix, que nous laissons un grand trésor de fruits sans les toucher » (Le Paradis perdu, livre IX) et je décidai de ne pas gaspiller les noix qui jonchaient ce petit chemin de campagne.

DSCN6928_intersection route de Lussery et chemin du Plan-Bois[ch. du Plan-Bois]

Mon petit sac à dos (un sac plutôt fait pour la course à pied) bien rempli de noix, je repris ma route à travers la forêt d’En Bugnon (laquelle longe plus au moins un cours d’eau, La Molombe) jusqu’à la route de Lussery. Un peu plus bas, ayant aperçu un panneau indiquant aux cyclistes le chemin à suivre pour atteindre Cossonay, je commis l’erreur de bifurquer et de prendre cette voie. Ce n’est qu’à mon retour de Romainmôtier que je compris que j’avais fait un détour en ayant pris ce chemin et qu’il eût tout simplement fallu suivre la route sur laquelle je me trouvais pour me rendre bien plus rapidement à Romainmôtier.

DSCN6929_Cossonay partie ancienne_23 sept 2014[Vieille ville de Cossonay, cliquer pour agrandir]

En effet, la montée de Cossonay-Gare à Cossonay-Ville fut assez pénible vu que mon vieux vélo ne me permettait pas d’utiliser les deux plateaux pour le changement des vitesses (et oui, dans ma hâte, je n’avais même pas résolu ce problème technique). Par contre, arrivé à l’intérieur de Cossonay, un panneau avec l’indication « Vieille ville » attira mon attention. Curieux, je décidai de voir ce qu’il en était et je fus vraiment surpris en bien. La partie ancienne de Cossonay est vraiment charmante : construite en hémisphère autour de son église, elle a conservé son tracé médiéval et, dans l’ensemble, les bâtisses aussi semblent dater de cette époque ou du début des Temps Modernes (voir, par exemple, les magnifiques fenêtres en accolades, visibles notamment sur la bâtisse blanche tout à droite). Je regrette que, dans ma hâte de faire le tour de cette partie de Cossonay, je n’ai pas jugé bon de prendre une photo de l’hôtel de ville (raison de plus, je suppose, pour retourner dans cette région) …

DSCN6935_route du Signal[route du Signal]

Je dois dire que sans carte j’étais un peu perdu. Arrivé au hameau de La Chaux, je tentai de trouver quelqu’un auprès de qui demander mon chemin mais tout était fermé. Ayant vu un panneau indiquant « librairie », je m’engageai un moment sur la route Saint-Denis mais je savais au fond de moi que ce n’était pas la bonne direction. Je revins donc en arrière et je pris la route de Cuarnens et ensuite la rue du Village. Peu après, j’y rencontrai un cycliste et je lui demandai quelle route prendre pour Romainmôtier. Il me répondit que je pouvais m’y rendre soit en continuant dans cette direction soit en le suivant car il passerait à proximité. Âgé de 75 ans, il n’avait pas perdu son « coup de pédale », probablement parce que durant de nombreuses années il s’était rendu du village de Moiry (situé pas très loin de là) jusqu’à Lausanne à bicyclette tous les jours en été pour y travailler, soit près de 1’000 kilomètres par mois en raison des balades qu’il faisait en plus le weekend ! J’eus même du mal à le suivre par moments. Nous nous quittâmes une bonne demi-heure après et je me poursuivis ma route à travers ce magnifique paysage campagnard.

DSCN6938[Romainmôtier]

Je n’eus pas à pédaler très longtemps après avoir pris la photo précédente pour voir apparaître, vraiment peu après être passé à côté du hameau d’Envy, le village de Romainmôtier, presque caché au fond d’un vallon comme si ce lieu si paisible se devait d’être protégé en quelque sorte d’intrus ou de personnes non grata… Cette vue presque plongeante sur le village me remplit de joie car elle me semblait mettre encore mieux en valeur Romainmôtier que lorsqu’on arrive depuis Croy sur le chemin de Praël, pourtant si délicieux en raison des arbres et du doux bruit créé par l’écoulement de la Nozon.

DSCN6951_à l'intérieur de l'Abbatiale de Romainmôtier 23 sept 2014[Cliquer pour agrandir]

Vu que je suis retourné à l’intérieur de cette magnifique abbatiale moins d’une semaine après ma promenade à vélo, je pense que je consacrerai un billet spécifique à ce superbe édifice religieux, véritable mélange d’art roman et gothique, largement inspiré de Cluny (II). Je ne vous explique pas le plaisir que j’ai à traverser le narthex (avant-nef) et à descendre les quelques marches qui mènent à la nef, puis de me marcher en direction du chœur mais de m’arrêter juste avant la croisée du transept et de la nef, côté sud, presqu’en face de l’ambon sculpté datant du VIIIème siècle, pour savourer, assis, la sérénité que dégagent ces blocs de pierres vieux de plus de mille ans et la proximité d’un cours d’eau.

DSCN6996_côté sud_Abbatiale de Romainmôtier_23 sept 2014[abbatiale, vue du sud, cliquer pour agrandir]

DSCN7005[Village de Pompaples, peu après Romainmôtier]

Je quittai l’abbatiale quelques minutes avant 17h un peu soucieux car je n’avais pas d’éclairage sur mon vélo de course. Heureusement, je ne me trompai pas de chemin en rentrant de sorte que je mis pour atteindre mon domicile la moitié du temps que j’avais mis à l’aller …

Liens

Autres descriptions de promenades à bicyclette sur ce blog :

Au sujet de Romainmôtier :

Advertisements